'Edifice-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème-


Repère :

Premier Jour / Prime (page 27)

Note :

Là où les textes en italien et en français ont respectivement recours au mot Edificio/Edifice, la traduction du roman en anglais utilise, curieusement, le terme latin Aedificium - au lieu de [Huge] Building.


empervirens-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème-


Repère :

Premier Jour / Prime (page 28)

Traduction :

Adjectif latin signifiant "au feuillage persistant" (littéralement "toujours [semper] vert [virens]") - par extension : "verdoyant".

Note :

Le texte original en italien utilise l'adjectif italien sempreverdi, et la traduction du roman en anglais l'adjectif evergreen - tout deux construits sur le même modèle que l'adjectif latin sempervirens utilisé dans la traduction en français.

Merci à Adler, administrateur du forum Requiem Cum Libro, d'avoir travaillé le premier (de nous deux, au moins ;p) sur cette entrée (page originale visible ici), et de m'avoir autorisé à reprendre son contenu sur mon site.


runel-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème-


Repère :

Premier Jour / Prime (page 29)

Note :

Ce nom est volontiers donné à un cheval dont la robe est de couleur brune.

Plutôt que d'appeler le cheval "Browny" (sens assez proche du "Brunello" original et du "Brunel" issu de la traduction en français), le traducteur du roman en anglais a préféré utiliser l'adjectif latin "Brunellus".
A cause du célèbre biscuit américain du même nom ?


mnis mundi creatura
Quasi liber et pictura
Nobis est in speculum


Repère :

Premier Jour / Prime (page 30)

Source :

Ces vers sont tirés du "Rhythmus de incarnatione Christi" (XIIe siècle), attribué à Alain de Lille.

Voici le poème dans son intégralité :

Omnis mundi creatura
Quasi liber et pictura
Nobis est et speculum;

Nostre vite, nostre mortis,
Nostri status,nostre sortie
Fidele signaculum.

Nostrum statum pingit rosa,
Nostri status decens glosa,
Nostre vite lectio,
Quae dum primo mane floret
Defloratus flos effloret
Vespertino senio.

Ergo spirans flos expirat
In pallorem dum delirat
Oriendo moriens;
Simul vetus et novella,
Simul senex et puella,
Rosa marcet oriens.

Sic etatis ver humane
Juventutis primo mane
Reflorescit paululum;
Mane tamen hoc excludit
Vite vesper, dum concludit
Vitale crepusculum.

Cujus decor dum perorat
Ejus decus mox deflorat
Etas in qua defluit;
Fit flos fenum, gemma lutum,
Homo cinis, dum tributum
Homo morti tribuit.

Cujus vita, cujus esse
Pena, labor et necesse
Vitam morte claudere;
Sic mors vitam, risum luctus,
Umbra diem, portum fluctus,
Mane claudit vespere.

In nos primum dat insultum
Pena mortis gerens vultum,
Labor, mortis histrio;
Nos proponit in laborem,
Nos assumit in dolorem,
Mortis est conclusio.

Ergo clausum sub hac lege
Statum tuum, homo, lege,
Tuum esse respice,
Quid fuisti nasciturus,
Quid sis presens, quid futurus,
Diligenter inspice.

Luge penam, culpam frange,
Motus frena, fastum frange,
Pone supercilia;
Mentis rector et auriga,
Mentem rege, fluxus riga,
Ne fluant in devia.

Traduction :

Toute créature du monde
Est pour nous comme un livre,
Une peinture et un miroir,

De notre vie, de notre mort,
De notre condition, de notre sort
La sûre indication.

Notre condition est peinte dans la rose,
De notre condition belle glose,
Leçon de notre vie;
Tandis qu’au petit matin elle fleurit
Elle perd sa fleur, fleur défleurie
Par la vieillesse du soir.

Donc la fleur qui respire expire
A en pâlir, tandis qu’elle délire
En mourant à sa naissance;
A la fois ancienne et nouvelle,
A la fois vieille et jouvencelle,
La rose se fane en naissant.

Ainsi le printemps de l’existence
Au petit matin de la jeunesse,
C’est à peine s’il refleurit;
Or, le soir de la vie exclut
Ce matin, tandis que se conclut
Le crépuscule de la vie.

Tandis que pérore son charme,
Bientôt déflore sa parure
L’existence qui l’emporte;
La fleur se fait foin, la gemme boue,
L’homme cendre, tandis qu’à la mort
Il acquitte son tribut.

Car sa vie, car son être
Sont peine, labeur et nécessité
De clore la vie par la mort;
Ainsi la mort clôt la vie,
Les pleurs le rire, l’ombre le jour,
Les flots le port, le soir le matin.

Nous donnent d’abord l’assaut
La peine, qui porte visage de mort,
Le labeur, qui mime la mort;
Elle nous expose au labeur,
Il nous réserve à la douleur,
La mort apporte la conclusion.

Donc, sous cette loi enclose,
Lis, homme, ta condition,
Tourne ton regard vers ton être,
Ce que tu fus à ta naissance,
Ce que tu es à présent, ce que tu seras,
Plonges-y ton regard avec attention.

Pleure ta peine, plains ta faute,
Refrène tes émotions, brise ta fierté,
Dépose ton orgueil;
Pilote et aurige de ton esprit,
Gouverne-le, dirige son cours,
Pour ne pas courir à l’inconnu.

(Traduction trouvée dans cet essai de Florent Rouillé)

Notes :

Il est intéressant de noter que le poème utilise l'analogie de la rose pour décrire la fragilité de la vie et l'inéluctabilité de la mort.

Adso fait référence, plus tard dans le roman, et de façon indirecte, à ce poème - dans "Quatrième jour / Tierce" (page 301). [TKTNR]

Ce poème a été retenu par Jacques-Paul Migne lorsque celui-ci constitua au XIXe siècle sa Patrologie Latine.

Merci à Adler, administrateur du forum Requiem Cum Libro, d'avoir travaillé le premier (de nous deux, au moins ;p) sur cette entrée (page originale visible ici), et de m''avoir autorisé à reprendre son contenu sur mon site.


t sit exiguum caput, et siccum prope pelle ossibus adhaerente, aures breves et argutae, oculi magni, nares patulae, erecta cervix, coma densa et cauda, ungularum soliditate fixa rotunditas


Repère :

Premier Jour / Prime (page 30/31)

Source :

Isidore de Séville:
"Étymologies - Volume XII : Animaux" (écrit au VIe et/ou VIIe siècle)
Chapître I : De pecoribus et jumentis (paragraphe 46)

Le texte intégral (en latin) de ce volume des Etymologies se trouve, par exemple, ici.
Le paragraphe débute en fait par "Pulchritudo...", qui signifie "Beauté..." (ou, dans le contexte, "Pour ce qui est de la beauté..."), car Isidore de Séville définit en fait dans ce chapître les qualités d'un cheval selon 4 critères : sa santé, sa beauté, son efficacité et sa couleur.

Voici un lien vers le -magnifique !- manuscrit d'un bestiaire, dont le texte semble correspondre (au moins en partie) au livre d'Isidore de Séville.

Le texte "ut sit exiguum caput (...)" est en tout cas visible à cet endroit de la page :


Ut sit exiguum caput
(à noter que le mot soliditate n'apparait pas sur ce manuscrit)

Traduction :

(Pour ce qui est de la beauté [celle du cheval] :)
qu'il ait une tête étroite et saine, des os saillants, de courtes oreilles pointues, de grands yeux, des narines épatées, le cou bien droit, une crinière et une queue fournies, des sabots bien ronds et solidement fixés.

Notes :

La traduction du roman en langue anglaise ne reproduit pas le texte en latin dans son intégralité, mais plutôt :

"...that the head be small, siccum prope pelle ossibus adhaerente, short and pointed ears, big eyes, flaring nostrils, erect neck, thick mane and tail, round and solid hoofs."

Merci à Adler, administrateur du forum Requiem Cum Libro, d'avoir travaillé le premier (de nous deux, au moins ;p) sur cette entrée (page originale visible ici), et de m'avoir autorisé à reprendre son contenu sur mon site.


uctoritates-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème-


Repère :

Premier Jour / Prime (page 31)

Traduction :

Littéralement : "les autorités".

Note :

Dans le contexte de l'époque, ce terme représente de façon générale les idées véhiculées par la Bible, par les Pères de l'Eglise, ou encore par le Pape.

Dans le contexte du roman, ce terme fait très spécifiquement référence aux paroles d'Isidore de Séville (considéré comme le dernier père des Pères de l'Eglise) qui viennent d'être citées, et que Guillaume de Baskerville a reprises dans la description de "Brunel" qu'il vient de faire au cellérier (page 29).


arginalia-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème


Repère :

Premier Jour / Prime (page 31)

Traduction :

Comme l'exlique cette page issue de la version anglaise de Wikipedia, le terme latin marginalia qualifie plus précisément les notes qu'un lecteur peut avoir apposées dans les marges d'un livre, que ces marges à proprement parler.

Note :

Ce terme est propagé à l'identique de l'édition originale en italien vers les éditions en français et en anglais.
Pour autant, aucune traduction n'est proposée par le livre "The Key to 'The Name of the Rose'" (sans doute parce que le mot anglais margin est suffisamment proche du mot marginalia pour ne pas nécessiter de commentaire).


alnea-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème-


Repère :

Premier Jour / Prime (page 32)

Traduction :

Comme l'exlique cette page issue de la version anglaise de Wikipedia, le terme latin balnea correspond aux bains publics - soit, dans le contexte du roman, aux bains partagés par tous les résidents de l'Abbaye (les bains privés sont plutôt nommés balneum).

Note :

Ce terme latin est traduit dans la version anglaise du roman par balneary, qui correspondrait plutôt au terme latin balnearium - qui définit lui une chambre équipée d'un bain. Le terme original balnea est, du coup, sans doute plus approprié ?


osmos-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème-


Repère :

Premier Jour / Prime (page 33)

Traduction :

Terme grec signifiant ordre.
Dans ce contexte, ce terme correspond bien évidemment à notre cosmos, quoique sans doute plus dans son sens philosophique que strictement astronomique.

Note :

Pythagore serait à l'origine de l'utilisation de ce terme pour signifier l'ordre de l'univers.
C'est donc très certainement de lui, et des autres grands philosophes grecs qui l'ont suivi (Socrate, Platon, Aristote,...), dont il est question lorsqu'Adso de Melk fait référence aux "anciens".


erbum mentis-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème-


Repère :

Premier Jour / Tierce (page 35)

Traduction :

Expression latine signifiant littéralement mot de l'esprit.

Notes :

Cette expression nous provient de Thomas d'Aquin, qui qualifiait ainsi un "concept universel" [TKTNR], une "construction immatérielle" [Adler] , une abstraction - que d'autres philosophes ou théologiens nommaient plus communément verbus cordis.

Il semblerait que ce soit Aristote qui ait le premier théorisé, dans son livre des Physiques, les différents états de la connaissance - allant du plus général (un corps étendu en extension) au plus particulier (Brunel).

Par ailleurs, le verbus mentis est la première des trois paroles que possède l'Homme - les deux suivantes étant respectivement la parole intérieure et la parole extérieure. Cette cascade de paroles est ce qui permet de relier la connaissance à l'expression orale de cette connaissance.

Voir le livre de Thomas d'Aquin nommé "Questions disputées sur la vérité, Question IV : Le Verbe", qui traite spécifiquement de ce sujet, et en particulier du rapport de valeur entre la connaissance et la parole humaines d'une part et la connaissance et la parole divines d'autre part.
Voir également, pour celles et ceux lisant l'Anglais, le Chapitre 5 de ce document (désormais payant).

 


avel-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème-


Repère :

Premier Jour / Tierce (page 35)

Notes :

Favel (Favello, en italien) doit sûrement être un nom typique pour un cheval à la robe fauve.

Néanmoins, dans la traduction en anglais du roman, le nom Niger a été utilisé - pour rappeller donc la robe noire du cheval.


criptorium-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème-


Repère :

Premier Jour / Tierce (page 41)

Traduction :

Mot latin désignant une salle d'écriture.

Notes :

Le principe de la salle d'écriture, et de la bibliothèque pour conserver les écrits, en tant que partie d'un monastère, nous vient de Cassiodore, dont le monastère calabrais Vivarium était le premier à en être équipé (seconde moitié du VIe siècle).
Le scriptorium devint plus tard l'un des signes distinctifs des monastères bénédictins, où les travaux d'écriture revenaient aux moines les plus cultivés. [TKTNR]


ris sacerdos in aeternum-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème-


Repère :

Premier Jour / Tierce (page 42)

Source :

La Bible / Ancien Testament / Psaumes / Chapitre 110 / Verset 4

Notes :

Le verset ci-dessus contient en fait les mots suivants : ...es sacerdos in aeternum... - soit la tournure au présent de ...eris (...)..., qui est au futur.

L'expression sacerdos in aeternum est reprise dans les versets suivants de l'Epître aux Hébreux (Nouveau Testament) : 5:6, 6:20, 7:17, 7:21

L'expression est adressée à Jésus.

Traductions :

[Iuravit Dominus et non paenitebit eum]
(tu) es sacerdos in aeternum
[secundum ordinem Melchisedech.]

(La Bible Vulgate en latin)

[Yahvé l'a juré, il ne s'en dédira point : "]
Tu es prêtre à jamais
[selon l'ordre de Melchisédech."]

(La Bible de Jérusalem)

[Le Seigneur a juré, et son serment demeurera immuable, que]
vous êtes le prêtre éternel
[selon l'ordre de Mélchisédech.]

(La Bible traduite par Lemaître de Sacy)

[Yahvé l'a juré, et il ne s'en repentira pas : "]
Tu es prêtre à jamais
[selon l'ordre de Melchisédech."]

(La Bible traduite par Emile Osty)

[Le Seigneur l'a juré, il ne s'en repentira point : "]
Tu es prêtre pour toujours
[à la manière de Melchisédech."]

(La Bible traduite par Augustin Crampon)

[L'Éternel l'a juré, et il ne s''en repentira point :]
Tu es sacrificateur pour toujours,
[à la manière de Melchisédek.]

(La Bible protestante de Louis Segond - Edition 1910)

[L''Eternel l'a juré, et il ne se rétractera pas : "]
Tu es prêtre pour toujours
[à la manière de Melchisédek."]

(La Bible protestante de Louis Segond - Edition "Segond 21")

[Le Seigneur l'a juré, il ne s'en repentira pas : "]
Tu es prêtre pour toujours
[à la manière de Melkisédeq."]

(La Traduction Oecuménique de la Bible)

[Iahvé l'a juré et il ne s'en repentira pas : "]
Tu es prêtre à jamais
[à la manière de Melchisédech."]

(La Bible de la Bibliothèque de La Pléiade)

[Yhwh l'a juré
non il ne changera pas]
Tu seras prêtre pour toujours [selon le principe de Melchisédech]

(Nouvelle Traduction de la Bible chez Bayard)

[The Lord hath sworn, and will not repent,]
Thou art a priest for ever
[after the order of Melchizedek.]

(La Bible en anglais, traduction du Roi Jacques)


oram monachos-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème-


Repère :

Premier Jour / Tierce (page 42)

Notes :

L'édition originale en italien fait mention, tout comme l'édition en anglais (et -du coup- sans doute bien d'autres), de l'expression erronée coram monachis.

Merci à Anita de m'avoir ouvert les yeux sur le fait que la formule 'Coram Monachos' est juste, alors que 'Coram Monachis' est fausse : je croyais que c'était l'inverse !

Traduction :

Littéralement : "en la présence des moines"
C'est-à-dire : "officiellement", "publiquement"

Merci à Adler, administrateur du forum Requiem Cum Libro, d'avoir travaillé le premier (de nous deux, au moins ;p) sur cette entrée (page originale visible ici), et de m'avoir autorisé à reprendre son contenu sur mon site.


rmaria-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème-


Repère :

Premier Jour / Tierce (page 43)

Notes :

Armaria est un mot latin au pluriel, dont le singulier correspondant est armarium.

La traduction du roman en anglais traduit ce mot latin par le très générique cases (quel dommage !).

Traduction :

Un armarium désignait, à l'époque médiévale, le meuble (ou la niche aménagée dans le mur) où les livres étaient conservés.
Par extension, ce terme fut ensuite employé pour désigner la pièce attribuée à la conservation des livres - ou les pièces, si comme ici le pluriel armaria est utilisé.
On peut donc traduire armarium/armaria par bibliothèque, tant le meuble que le lieu.


onasterium sine libris est sicut civitas sine opibus, castrum sine numeris, coquina sine suppellectili, mensa sine cibis, hortus sine herbis, pratum sine floribus, arbor sine foliis


Repère :

Premier Jour / Tierce (page 44)

Source :

Jakob Louber, prieur du monastère chartreux de Bâle (en Suisse), décédé en 1513.

Notes :

Ce texte n'est ni antérieur ni contemporain à l'action du roman : il a été écrit au XVe siècle !

Par contre, il est probable que Jakob Louber ait été inspiré par le proverbe suivant : claustrum sine armario, quasi castrum sine armamentario qui, lui, a bien été écrit au XIIe siècle (semble-t-il en 1170, par le chanoine Geoffroy de Breteuil, prieur de l'abbaye de Sainte-Barbe-en-Auge).

Traductions :

Monasterium sine libris...

Un monastère sans livres est comme une ville sans richesse, une forteresse sans gardiens, une cuisine sans ustensiles, un buffet sans nourriture, un jardin sans herbe, un pré sans fleurs, un arbre sans feuilles.

Claustrum sine armario...

Un couvent sans bibliothèque ressemble à une forteresse sans salle d’armes.


undus senescit-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème-


Repère :

Premier Jour / Tierce (page 44)

Source :

La source exacte semble indéterminée, mais il s'agit quoi qu'il en soit d'une "maxime" fréquemment utilisée au Moyen-Age.

Traduction :

Phrase latine signifiant "le Monde vieillit".

Notes :

Cette phrase laisse transparaître la nostalgie d'une époque passée, sentiment particulièrement partagé chez les théologiens du Moyen-Age.

Le "Honorius" mentionné par l'Abbé est Honoré d''Autun, un théologien bénédictin du XIIe siècle. [TKTNR]

Au tout début du prologue (page 13, ligne 13), Adso de Melk parle de lui-même en disant : "vieilli comme le monde". [TKTNR]


ictura est laicorum literatura-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème-


Repère :

Premier Jour / Sexte (page 49)

Notes :

Honoré d'Autun (déjà cité dans cet article) serait à l'origine de la popularité de cet adage au Moyen-Âge, celui-ci ayant écrit dans sa Gemma animae le texte Ob tres autem causas fit pictura (...) traduit ci-dessous.
L'idée véhiculée par cet adage (que la représentation d'une scène, plutôt que sa description par écrit, puisse favoriser sa compréhension de tous) reviendrait néanmoins à Grégoire le Grand, qui -dès le VIe siècle- défendait déjà cette cause.
[Peter K. Klein]

A noter que la version en langue anglaise du roman ne cite pas cette locution latine, mais plutôt sa traduction en Anglais.

Traductions :

Adage latin pouvant être traduit par l'oeuvre plastique est la littérature du peuple illettré.

Ob tres autem causas fit pictura : primo, quia est laicorum litteratura; secundo, ut domus tali decore ornetur; tertio, ut priorum vita in memoriam revocetur.

L'oeuvre plastique existe pour trois raisons : premièrement, elle est la littérature du peuple illettré ; ensuite, elle embellit nos demeures ; enfin, elle rappelle à nos mémoires l'existence passée des défunts.


olumen-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème-


Repère :

Premier Jour / Sexte (page 49)

Traduction :

Mot latin désignant un manuscrit roulé, prédécesseur du Codex, qui -lui- est l'équivalent du livre tel que nous le connaissons aujourd'hui (c'est-à-dire composé d'une succession de pages).

Notes :

Ni le texte original en italien ni sa traduction en anglais ne font référence à cet endroit à un volumen - mais plutôt à un codex (en fait: libro ou book).

On peut supposer qu'il s'agisse d'une petite erreur du traducteur français, car le tympan qu'observe Adso (cf. cet article) laisse bien voir à l'endroit décrit un codex et non un volumen :


Détail du tympan de l'abbatiale de l'Abbaye Saint-Pierre de Moissac

A noter que le codex en question est l'évangile selon Mathieu, tenue par... Mathieu en personne !


omme dut danser David autour de l'Arche-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème-


Repère :

Premier Jour / Sexte (page 50)

Source :

La Bible / Ancien Testament / Deuxième livre de Samuel / Chapitre 6 / Versets 14 à 16

David tournoyait de toutes ses forces devant Yahvé. David était* ceint d'un éphod de lin.
David et toute la maison d'Israël faisaient monter l'arche de Yahvé en poussant des acclamations et en sonnant du cor.
Or, comme l'arche de Yahvé entrait dans la cité de David, la fille de Saül, Mikal, regardait par la fenêtre, et elle vit le roi David qui sautait et tournoyait devant Yahvé, et, dans son coeur, elle le méprisa.

(La Bible de Jérusalem)
* Ma bible met avait à cet endroit... certainement une "typo" !

Notes :

David, tout fraichement élue Roi d'Israël, entreprend de déplacer l'Arche de l'Alliance vers Jérusalem. Le transport de l'Arche s'accompagne de manifestations de joie et de danses - quoique ces danses aient certainement dues être de tradition religieuse (comme celles qu'effectuent par exemple les derviches tourneurs).

Voici l'une des multiples représentations de David en train de danser auprès de l'Arche :

David dansant devant l'Arche d'Alliance

David dansant auprès de l'Arche de l'Alliance

De nombreuses autres illustrations sont bien sûr disponibles - par exemple : , et .


araphernaux-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème-


Repère :

Premier Jour / Sexte (page 51)

Traduction :

Expression ancienne désignant (au sens large, sens qui s'applique ici) l'ensemble des biens propres d'une personne. S'agissant de Pierre, Paul, Jérémie et Isaïe, ce terme désigne sûrement les vêtements et les objets qu'ils ont sur eux.
Au sens strict, se dit normalement des biens qu'une femme garde en sa possession propre à l'issue de son mariage (par opposition à la dot).


ierre et Paul, Jérémie et Isaïe-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème-


Repère :

Premier Jour / Sexte (page 51)

Notes :

La photo ci-dessous indique précisément où se trouvent les 2 apôtres de Jésus d'une part et les 2 prophètes d'autre part à l'entrée de l'église décrite par Adso (qui, rappelons-le, est une réplique de l'abbatiale de l'Abbaye Saint-Pierre de Moissac - cf. cet article) :

Pierre Paul Jérémie Isaïe


rônant-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème-


Repère :

Premier Jour / Sexte (page 49)

Notes :

Le terme trônant désigne sans surprise celui qui trône - en l''occurrence il s'agit de Jésus.

Le voici tel qu'Adso le voit (cf. cet article) :

Jésus le Trônant

Jésus sur son trône


'ouïs une voix puissante comme une trompette qui disait :
"Ce que tu vois, écris-le dans un livre"
(...)
"Donne de la faux et moissonne, l'heure est venue de moissonner car la moisson de la terre est mûre" ;
et Celui qui trônait donna de sa faux et la terre fut moissonnée.


Repère :

Premier Jour / Sexte (page 53)

Source :

La Bible / Nouveau Testament / L'Apocalypse

Chapître 1 / Versets 10 à 16

Je tombai en extase, le jour du Seigneur, et j'entendis derrière moi une voix clamer, comme une trompette :
"Ce que tu vois, écris-le dans un livre pour l'envoyer aux sept Eglises : à Ephèse, Smyrne, Pergame, Thyatire, Sardes, Philadelphie et Laodicée."
Je me retournai pour regarder la voix qui me parlait ; et m'étant retourné, je vis sept candélabres d''or,
et, au milieu des candélabres, comme un Fils d'homme revêtu d'une longue robe serrée à la taille par une ceinture en or.
Sa tête, avec ses cheveux blancs, est comme de la laine blanche, comme de la neige, ses yeux comme une flamme ardente,
ses pieds pareils à de l'airain précieux que l'on aurait purifié au creuset, sa voix comme la voix des grandes eaux.
Dans sa main droite il a sept étoiles, et de sa bouche sort une épée acérée, à double tranchant ; et son visage, c'est comme le soleil qui brille dans tout son éclat.

(La Bible de Jérusalem)

Chapître 14 / Versets 14 à 16

Et voici qu'apparut à mes yeux une nuée blanche et sur la nuée était assis comme un Fils d'homme, ayant sur la tête une couronne d'or et dans la main une faucille aiguisée.
Puis un autre Ange sortit du temple et cria d'une voix puissante à celui qui était assis sur la nuée : "Jette ta faucille et moissonne, car c'est l'heure de moissonner, la moisson de la terre est mûre."
Alors celui qui était assis sur la nuée jeta sa faucille sur la terre, et la terre fut moissonnée.

(La Bible de Jérusalem)

Notes :

"Ce que tu vois..." est prononcé par Jésus à l'encontre de Jean, afin que ce dernier porte par écrit et diffuse le contenu même du texte de l'Apocalypse.
Adso réalise en quelque sorte cet injonction en racontant par écrit ce qu'il s'est passé à l'Abbaye.

"Donne de la faux..." (ou "Lance ta faucille...") est prononcé par un ange à l'encontre de Jésus, comme un signal divin devant déclencher la destruction des méchants.
Adso interprète cette "vision" comme une invitation à enquêter avec Guillaume de Baskerville sur les différents meurtres ayant été causés dans l'Abbaye, afin que la justice soit rendue et le coupable jugé.

Traductions :

L'Apocalypse / Chapître 1 / Versets 10 à 16

(...) "Ecrivez dans un livre ce que vous voyez, [et envoyez-le aux sept Eglises] (...)." (...)
(La Bible traduite par Lemaître de Sacy)

(...) "Ce que tu regardes, écris-le dans un livre [et envoie-le aux sept Eglises] (...)." (...)
(La Bible traduite par Emile Osty)

(...) "Ce que tu vois, écris-le dans un livre, [et envoie-le aux sept Eglises] (...)." (...)
(La Bible traduite par Augustin Crampon)

(...) "Ce que tu vois, écris-le dans un livre, [et envoie-le aux sept Églises] (...)." (...)
(La Bible traduite par Louis Segond - Edition 1910)

(...) "Ce que tu vois, écris-le dans un livre, [et envoie-le aux sept Églises] (...)." (...)
(La Bible traduite par Louis Segond - Edition "21")

(...) "Ce que tu vois, écris-le dans un livre, [et envoie-le aux sept Églises] (...)." (...)
(La Traduction Oecuménique de la Bible)

(...) "Ce que tu vois écris-le dans un livre [et envoie-le aux sept églises] (...)." (...)
(La Bible traduite par Jean Grosjean et Michel Léturmy)

(...) "Ce que tu vois, commence à l''écrire dans un volume [et envoie-le aux sept communautés] (...)." (...)
(Nouvelle traduction de la Bible aux éditions Bayard)

L'Apocalypse / Chapître 14 / Versets 14 à 16

(...) "Jetez votre faux et moissonnez ; car le temps de moissonner est venu, parce que la moisson de la terre est mûre." (...)
(La Bible traduite par Lemaître de Sacy)

(...) "Envoie ta faucille et moissonne, car elle est venue, l'heure de moissonner, car la moisson de la terre s'est desséchée." (...)
(La Bible traduite par Emile Osty)

(...) "Lance ta faucille et moissonne ; car le moment de moissonner est venu, parce que la moisson de la terre est mûre." (...)
(La Bible traduite par Augustin Crampon)

(...) "Lance ta faucille, et moissonne ; car l'heure de moissonner est venue, car la moisson de la terre est mûre." (...)
(La Bible traduite par Louis Segond - Edition 1910)

(...) "Lance ta faucille et moissonne, car l'heure de moissonner est venue, la récolte de la terre est mûre." (...)
(La Bible traduite par Louis Segond - Edition "21")

(...) "Lance ta faucille et moissonne. L'heure est venue de moissonner, car la moisson de la terre est mûre." (...)
(La Traduction Oecuménique de la Bible)

(...) "Envoie ta faucille et moissonne, car l'heure est venue de moissonner, car la moisson de la terre est sèche." (...)
(La Bible traduite par Jean Grosjean et Michel Léturmy)

(...) "Envoie ta faucille et moissonne, car l'heure est venue de moissonner ; elle est sèche, la moisson de la terre." (...)
(Nouvelle traduction de la Bible aux éditions Bayard)


énitenziagité ! Voye quand dracon venturus est pour la ronger ton âme ! La mortz est super nos ! Prie que vient le pape saint pour libérer nos a malo de todas les péchés ! Ah ! ah ! vous plaît ista nécromancie de Domini Nostri Iesu Christi ! Et même jois m'es dols et plazer m'es dolors... Cave el diabolo ! Semper il me guette en quelque coin pour me planter les dents dans les talons. Mais Salvatore non est insipiens ! Bonum monasterium, et aqui on baffre et on prie dominum nostrum. Et el reste valet une queue de cerise. Et amen. No ?


Repère :

Premier Jour / Sexte (pages 54 et 55)

Notes :

Salvatore parle ici "toutes les langues, et aucune" (cf. page 55).
Il est à vrai dire assez difficile, voire hasardeux et vain, de vouloir absolument coller au sens de chaque élèment de phrase, pour chercher à obtenir une traduction globale de toute cette tirade. Ceci d'autant plus que Salvatore n'a peut-être pas lui-même les idées assez claires pour exprimer une pensée tout à fait cohérente et structurée ! D'où certaines libertés prises ci-dessous dans mes traductions...

Traduction :

Repentez-vous ! Préparez-vous à l'arrivée du dragon qui doit venir dévorer votre âme ! La mort est sur nous ! Priez que vienne le Saint Père pour nous libérer du mal de tous les péchés ! Ah ! ah ! Elle vous plaît, cette nécromancie de Notre Seigneur Jésus-Christ ! Même la joie est pour moi une peine et le plaisir une douleur... Prenez garde au Diable ! Sans cesse il me surveille à distance dans le but de me mordre les talons. Mais je ne suis pas sot ! Ce monastère est agréable; on y mange et on y prie notre Seigneur. Et le reste ne compte pas plus qu'une figue sèche. Et ainsi soit-il. Non ?

Traduction détaillée :


Texte en français :

Pénitenziagité !
Texte original italien : Penitenziagite !
Texte en anglais : Penitenziagite!
Langue utilisée : Latin (cf. note ci-dessous)
Traduction : Repentez-vous ! ou, plus littéralement, Faîtes repentance !
Devrait s'écrire Penitentiam Agite, qui se prononce de la même façon (puisqu'en latin la combinaison d'une voyelle et de la lettre m ne se prononce pas en fin de mot si le mot suivant débute, comme ici, par une voyelle).
Note :

Il s'agit du mot d'ordre des Dolciniens, qui attaquaient et massacraient les plus riches en leur ordonnant de se repentir. L'expression fut écorchée par le fondateur même des Dolciniens, Gherardo Segarelli, qui -issu d''une famille pauvre- ne maitrisait pas bien le latin classique.


Texte en français :

Voye quand

Texte original italien : Vide quando

Texte en anglais :
Watch out for
 
Langue utilisée : Celle de la traduction du roman (censée représenter la langue maternelle de Salvatore)
Traduction : Préparez-vous à l'arrivée de (ici, du)
Note : aucune
 

Texte en français :

 


dracon

Texte original italien : draco
Texte en anglais : the draco

Langue utilisée :
Latin
Traduction : [le] dragon
Note : La mot dracon utilisé dans la traduction française du roman est-il un mélange de dragon (en français) et draco (en latin) ?

Texte en français :

venturus est


Texte original italien :
venturus est
Texte en anglais : who cometh in futurum
Langue utilisée : Latin
Traduction : Littéralement : [qui] doit venir
Note : La formule venturus est se retrouve dans la prière catholique "Symbole des Apôtres" (voir cette page).

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............

Traduction...................
Note.............................

pour la ronger ton âme !
a rodegarla l'anima tua!
to gnaw your anima!
Celle de la traduction du roman (censée représenter la langue maternelle de Salvatore)
[pour] dévorer votre âme !
J'ai choisi ici de rétablir le pluriel (avec votre), car même si Salvatore ne s'adresse qu'à une seule personne (Adso), le tutoiement me parait devoir disparaître au profit du vouvoiement, afin d'améliorer le style global de la traduction. Et puis j'imagine volontiers que cette exacte même tirade aurait pu être prononcée à l'identique devant plusieurs personnes (voire une assemblée) - auquel cas le pluriel se serait naturellement imposé.

 

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

La mortz
La mortz
Death
Provençal
La mort, voire Le carnage ou La tuerie (?)
C'est ce document qui laisse entendre que le terme mortz puisse signifier carnage ou tuerie plutôt que mort.

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

est super nos !
est super nos!
is super nos!
Latin
est au-dessus de nous ! ou, plus simplement, est sur nous !
aucune

 

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............

Traduction...................
Note.............................

Prie que vient le pape saint pour
Prega che vene lo papa santo a
Pray the Santo Pater come to
Celle de la traduction du roman (censée représenter la langue maternelle de Salvatore)
Priez que vienne le Saint Père pour
Une nouvelle fois, je préfère appliquer le vouvoiement.

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

libérer nos
liberar nos
liberar nos
Espagnol (ou Catalan ?)
nous libérer
Le traducteur du roman en Français a préféré traduire le verbe liberar.

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

a malo
a malo
a malo
Espagnol (ou Catalan ?)
du mal ou du Mal
aucune

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

de todas
de todas
and all
Espagnol
[et (?)] de tous
Le sens initial est-il nous libérer du mal de tous nos péchés, ou bien nous libérer du Mal et de tous nos péchés (comme l'a interprété le traducteur du roman en langue anglaise) ?

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............

Traduction...................
Note.............................

les péchés !
le peccata!
our sin!
Celle de la traduction du roman (censée représenter la langue maternelle de Salvatore)
les péchés !
aucune

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............

Traduction...................
Note.............................

Ah ! ah !
Ha ha,
Ah ah,
Celle de la traduction du roman (censée représenter la langue maternelle de Salvatore)
Ah ! ah !
aucune

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............

Traduction...................
Note.............................

vous plaît
ve piese
you like
Celle de la traduction du roman (censée représenter la langue maternelle de Salvatore)
Elle vous plaît,
aucune

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

ista
ista
this
Latin
cette
aucune

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............

Traduction...................
Note.............................

nécromancie
negromanzia
negromanzia
Celle de la traduction du roman (censée représenter la langue maternelle de Salvatore)
nécromancie ou magie noire
Le traducteur du roman en Anglais a préféré ne pas traduire ce mot.

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

de
de
de
Italien
de
aucune

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

Domini Nostri Iesu Christi !
Domini Nostri Iesu Christi!
Domini Nostri Iesu Christi!
Latin
Notre Seigneur Jésus-Christ !
aucune

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

Et
Et
Et
Français (?)
(...)
Inutile de garder ce mot dans notre traduction.

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

même
anco
anco
Est-ce que anco est un mot italien ? Que signifie-t-il ?
Même
aucune

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

jois m'es dols
jois m'es dols
jois m'es dols
Provençal
la joie est pour moi une peine
aucune

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............

Traduction...................
Note.............................

et
e
e
Celle de la traduction du roman (censée représenter la langue maternelle de Salvatore)
et
Le traducteur du roman en Anglais a préféré ne pas traduire ce mot.

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

plazer m'es dolors...
plazer m'es dolors...
plazer m'es dolors...
Provençal
le plaisir [est pour moi] une douleur...
aucune

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

Cave
Cave
Cave
Latin
Prenez garde à (ici, au)
Une nouvelle fois, je préfère appliquer le vouvoiement.

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

el diabolo !
el diabolo!
el diabolo!
Espagnol
le Diable ! (ici, au Diable !)
aucune

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

Semper
Semper
Semper
Latin
Sans cesse
aucune

Texte en français..........

Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............

Traduction...................
Note.............................

il me guette en quelque coin pour me planter les dents dans les talons.
m'aguaita in qualche canto per adentarme le caragna.
lying in wait for me in some angulum to snap at my heels.
Celle de la traduction du roman (censée représenter la langue maternelle de Salvatore)
il me surveille à distance dans le but de me mordre les talons.
aucune

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............

Traduction...................
Note.............................

Mais Salvatore
Ma Salvatore
But Salvatore
Celle de la traduction du roman (censée représenter la langue maternelle de Salvatore)
Mais je
aucune

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

non est insipiens !
non est insipiens!
is not stupidus!
Latin
n''est (ici : ne suis) pas sot !
aucune

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

Bonum monasterium,
Bonum monasterium,
Bonum monasterium,
Latin
Ce monastère est agréable;
A noter que le terme bonum peut également se traduire par bienveillant ou accueillant, ce qui pourrait correspondre au contexte - si l'on tient compte du fait que Salvatore a été recueilli dans l'Abbaye alors qu'il était poursuivi à l'extérieur pour hérésie.

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

et
et
and
Français (?)
(...)
Inutile de garder ce mot dans notre traduction.

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

aqui
aqui
aquí
Occitan (?)
ici (ou y)
J'ai préféré traduire ici par y/y.
S'il s'agit vraiment d'Occitan, alors seule la traduction en Anglais serait juste d'un point de vue orthographique strict, car c'est la seule à mettre un accent grave sur le i.

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............

Traduction...................
Note.............................

on baffre et on prie
se magna et se priega
refectorium and pray to
Celle de la traduction du roman (censée représenter la langue maternelle de Salvatore)
on y mange et on y prie
aucune

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

dominum nostrum.
dominum nostrum.
dominum nostrum.
Latin
notre Seigneur.
J'ai rétabli la majuscule à Seigneur, car c'est bien sûr l'usage dans ce contexte - cela dit, on peut imaginer qu'Umberto Eco a volontairement laissé une minuscule, pour renforcer le caractère provocateur et irrévérencieux de Salvatore.

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

Et
Et
And
Français (?)
Et
aucune

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

el
el
the
Espagnol
le
aucune

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............

Traduction...................
Note.............................

reste
resto
resto
Celle de la traduction du roman (censée représenter la langue maternelle de Salvatore)
reste
Le traducteur du roman en Anglais a préféré ne pas traduire ce mot.

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................

Note.............................

valet
valet
is [not] worth
Provençal (?)
compte autant que (ici : qu'')
ou plutôt ne compte pas plus que (ici : qu'')
Le traducteur du roman en Anglais a préféré traduire ce mot. Il a d'ailleurs retenu la formule pas plus que (plutôt ne vaut même pas).

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

une queue de cerise.
un figo seco.
merda.
Portugais (texte original seulement)
une figue sèche.
J'ai choisi de respecter le sens original de figue sèche, plutôt que de garder la queue de cerise, qui n'est pourtant pas la pire des traductions - que d'ailleurs certains préféreront malgré tout...

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

Et
Et
(...)
Français (?)
Et
aucune

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

amen.
amen.
Amen.
Latin
ainsi soit-il.
aucune

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

No ?
No?
No?
Italien
Non ?
aucune

 


d placitum-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème-

Repère :

Premier Jour / Sexte (page 55)

Traduction :

Expression latine pouvant être traduite par par convention ou, dans le contexte où l'expression est citée, selon ces règles (en référence aux règles que l'on retrouve associées à chaque langue humaine, citées précédemment par Guillaume de Baskerville).
Guillaume de Baskerville traduit d'ailleurs cette expression par par libre et collective convention (cf. page 380).

Notes :

Cette expression est peut-être tirée de la phrase de Jean Buridan , philosophe français contemporain de l'action du roman, nomina sunt ad placitum (dans ses Questions sur l’Ethique à Nicomaque), qui peut-être traduite par les noms ont un sens conventionnel ou le sens des mots est défini par convention.


isjecta membra-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème-


Repère :

Premier Jour / Sexte (page 56)

Traduction :

Expression latine se prononçant (en prononciation dite "restituée") disjekta membRa ("dissiecta-memm-bra") et signifiant littéralement membres épars, mais qui, dans le contexte, pourrait plutôt signifier (par) petits morceaux épars [de phrases].

Notes :

Cette expression dériverait de l'expression disjecti membra poetae (littéralement un poète en ses membres épars), issue d'un texte du poète Horace, tiré de ses Satires (Satire IVème).

Ce texte dit en Latin ce qui suit :

(...) His ego quae nunc,
Olim quae scripsit Lucilius, eripias si
Tempora certa modosque, et quod prius ordine verbum est
Posterius facias, praeponens ultima primis :
Non (ut si silvas, "Postquam Discordia tetra
Belli ferratos postes portasque refregit")
Invenias etiam
disjecti membra poetae.

Ce que Pierre Daru traduit magnifiquement en vers de la façon suivante :

Essayez de soumettre à cette épreuve utile
Et les vers que je fais et les vers de Lucile;
Le poète s'éclipse et ne s'y trouve plus.
Au contraire, entendez la Muse d'Ennius :
"Quand de son bras d'airain, si fatal à la terre,
La Discorde eut brisé les portes de la guerre" ;
Détruisez l'harmonie, et renversez les mots,
Vous y verrez toujours un poète en lambeaux.

Voici une autre traduction en vers, celle-ci due à Louis-Vincent Raoul - elle aussi magnifique :

Des vers que je compose et de ceux que jadis
Lucile parsema de tant de traits hardis,
Retranchez les repos, la mesure, le nombre,
À peine du poète il restera quelque ombre ;
Mais que, dans Ennius, "Mars, la hache à la main,
Du temple de Janus brise les gonds d'airain",
En vain de pareils vers vous romprez l'harmonie ;
Leurs lambeaux garderont l''empreinte du génie.

A noter que le texte original en Italien utilise l'expression, toute aussi juste quoiqu'orthographiée "à l'ancienne" (puisque le J/j et le I/i ne formaient en Latin qu'une seule et même lettre, le "I"), disiecta membra.


i licet magnis componere parva-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème-

Repère :

Premier Jour / Sexte (page 56)

Traduction :

Expression latine signifiant s'il est permis de comparer les petites choses aux grandes.

Le reste du texte entre parenthèses (...ou aux choses divines, les diaboliques) pourra peut-être être plus aisément compris si l'on substitue à l'expression latine sa traduction en Français, et peut-être plus encore si l'on réécrit l'ensemble de la façon suivante :
(s'il est permis de comparer les petites choses aux grandes, ou les choses diaboliques aux choses divines)

Notes :

Cette expression est tirée des Géorgiques du poète latin Virgile, plus précisément du Livre IV ("Le Rucher") dédié à l'apiculture.

Voici une traduction en Français, par Maurice Rat, du texte comportant l'expression en question :

Ainsi, quand les Cyclopes se hâtent de forger les foudres avec des blocs malléables, les uns, armés de soufflets en peau de taureaux, reçoivent et restituent les souffles de l'air; les autres plongent dans un bassin l'airain qui siffle; l'Etna gémit sous le poids des enclumes; eux lèvent de toutes leurs forces et laissent retomber leurs bras en cadence, et, avec la tenaille mordante, tournent et retournent le fer; de même, s'il est permis de comparer les petites choses aux grandes, les abeilles de Cécrops sont tourmentées d'un désir inné d'amasser, chacune dans son emploi. Les plus vieilles sont chargées du soin de la place, de construire les rayons, de façonner les logis dignes de Dédale; les plus jeunes rentrent fatiguées, à la nuit close, les pattes pleines de thym; elles butinent, de çà, de là, sur les arbousiers et les saules glauques et le daphné et le safran rougeâtre et le tilleul onctueux, et les sombres hyacinthes. Souvent aussi, dans leurs courses errantes, elles se brisent les ailes contre des pierres dures, et vont jusqu'à rendre l'âme sous leur fardeau, tant elles aiment les fleurs et sont glorieuses de produire leur miel.

Virgile compare donc dans ce texte le travail des abeilles à celui des Cyclopes forgerons, d'où son s'il est permis de comparer les petites choses aux grandes.

A noter que le texte original de Virgile dit si parva licet componere magnis et non si licet componere magnis parva.

Il est par ailleurs remarquable que les Géorgiques, tout comme le plus célèbre Enéide du même auteur, n'ait pas été écrits en prose (comme l'extrait en Français ci-dessus pourrait le laisser entendre), mais sous la forme d'un poème fortement contraint !


omine frate magnificentissime, Jesus venturus est et les homini debent faire pénitence. No ?

Repère :

Premier Jour / Sexte (page 56)

Traduction :

Très remarquable Frère Supérieur, Jésus va venir et les hommes doivent faire repentance, non ?

Traduction
détaillée :

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

Domine
Domine
Domine
Latin ?
Maître ou Supérieur
Maître se dit plutôt Dominus... Peut-on dire qu'il s'agit de Latin écorché par Salvatore, ou bien s'agit-il d'une autre langue ?

 

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

frate
frate
frate
Italien
Moine ou Frère
Frate signifie frère de religion et non frère de sang (qui se dit fratello).

 

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

magnificentissime
magnificentisimo
magnificentissimo
Anglais (francisé/italianisé)
très remarquable
Le texte original italien ne devrait-il pas écrire magnificentissimo (avec deux s) ? Mauvaise prononciation de Salvatore ou... typo de l'éditeur ?

 

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

Jesus
Jesus
Jesus
-
Jésus
aucune

 

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

venturus est
venturus est
venturus est
Latin
doit venir ou, dans ce contexte, va venir (?)
Voir cet article, où Salvatore utilise déjà le verbe venturus est.

 

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

et
et
and
Français ?
et
aucune

 

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

les
li
les
Français
les
Le texte original italien utilise le pronom pluriel li au lieu de l'article pluriel i pour renforcer la grammaire approximative de Salvatore.

 

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

homini
homini
hommes
Latin
hommes
Malgré le homo homini lupus ("l'homme est un loup pour l'homme") de Plaute, hommes ne devrait-il pas s'écrire hominis (avec un s) en Latin ?

 

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

debent
debent
must
Latin
doivent
aucune

 

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............

Traduction...................
Note.............................

faire pénitence
facere penitentia
do penitenzia
Celle de la traduction du roman (censée représenter la langue maternelle de Salvatore)
faire repentance
Le penitentia d'origine semble mieux se traduire en repentance qu'en pénitence.

 

Texte en français..........
Texte original italien...
Texte en anglais...........
Langue utilisée............
Traduction...................
Note.............................

No ?
No ?
No ?
Italien
Non ?
aucune


inorites-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème-

Repère :

Premier Jour / Sexte (page 56)

Notes :

Nom parfois donné à l'Ordre des Franciscains, créé par (Saint) François d''Assise un peu plus d'un siècle avant l'action. Par extension, nom parfois donné à d'autres Ordres Mendiants de l'époque, de moindre ampleur et d'inspiration franciscaine.
La minorité, en tant que qualité de celui ou celle qui rejète toute forme de domination (intellectuelle, physique) dans son rapport aux autres est en fait l'une des valeurs fondamentales de l'Ordre Franciscain, avec -entre autres- l'humilité et l'itinérance.
Guillaume de Baskerville (qui est lui-même Franciscain) souhaite donc savoir si Salvatore aurait été lui aussi Franciscain dans le passé. Cela permettrait d'éventuellement expliquer le fait qu'il connaisse le terme Pénitenziagité (qui est propre aux Dulciniens, Ordre "dissident" de l'Ordre Franciscain) - tout en étant une vérité certainement moins difficile à admettre de la part de Salvatore qu'une appartenance à l'Ordre, jugé hérétique, des Dulciniens.


ade retro-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème-

Repère :

Premier Jour / Sexte (page 56)

Source :

La Bible / Nouveau Testament / Evangile selon Marc / Chapître 8 / Versets 31 à 33

et coepit docere illos quoniam oportet Filium hominis
multa pati et reprobari a senioribus et a summis sacerdotibus
et scribis et occidi et post tres dies resurgere
et palam verbum loquebatur et adprehendens eum
Petrus coepit increpare eum
qui conversus et videns discipulos suos comminatus
est Petro dicens
vade retro me Satana quoniam non sapis
quae Dei sunt sed quae sunt hominum

(La Bible Vulgate en latin)

Notes :

Vade retro est traduit de différentes façons selon les traductions de la Bible (cf. ''Traductions'' ci-dessous), mais en général par Retire-toi, Va-t'en, Arrière !
Il est intéressant de noter que le seul endroit de la Vulgate où l'on trouve littéralement les mots vade et retro se succédant l'un à l'autre (Marc 8.31-33 - en écho à Matthieu 16.21-23, qui décrit la même scène mais en des termes différents) ne met pas en scène Jésus et le Diable, mais Jésus et son apôtre Pierre (que Jésus compare au Diable pour avoir tenté de le dissuader de vivre sa Passion - c''est-à-dire son sacrifice - qu'il vient d'annoncer pour la première fois).

 

vade retro  pierre

Jésus repoussant Pierre

Toutefois, au-delà de ce sens strict (qui d'ailleurs ne se vérifierait peut-être pas avec d'autres traductions de la Bible que la Vulgate), il parait raisonnable de considérer que le passage biblique auquel renvoie plus naturellement l'expression Vade retro est en fait l'épisode de la tentation de Jésus dans le désert (Matthieu 4.8-10 - ainsi que Luc 4.5-8, quoique ce dernier passage ne mentionne pas le Vade retro, sauf semble-t-il dans les traductions protestantes de la Bible, cf. ''Traductions'' ci-dessous).

 

Jésus tenté dans le désert par le Diable

Jésus tenté par le Diable dans le "désert"

Vade retro Satana

Jésus dans le désert repoussant le Diable

Il n'est pas surprenant que Salvatore prononce ces mots, dans l'enceinte d'une abbaye bénédictine, car en effet l'Ordre des Bénédictins, depuis Saint-Benoît lui-même, semble toujours avoir attribué un pouvoir particulier à cette formule.

Pour preuve, voici une représentation de Saint-Benoît (quoique réalisée au XVe siècle) tenant un parchemin qui mentionne explicitement le Vade retro en question :

mettencspb-annotated

Représentation de Saint-Benoit datant du XVe siècle

Plus tard, quoique peut-être dès le XVe siècle, on retrouvera sur la médaille de Saint-Benoit -cette fois-ci sous la forme d'initiales- la même formule :

oxidized-annotated

Verso de la médaille de Saint-Benoît

Le sens des initiales V R S N S M V (pour Vade Retro Satana, Numquam Suade Mihi Vana) est Arrière Satan, ne me tente jamais avec de vaines choses.

Traductions :

La Bible / Nouveau Testament / Evangile selon Marc / Chapître 8 / Versets 31 à 33

[Première annonce de la Passion]
Et il [Jésus] commença à leur [à ses apôtres] enseigner : "Le Fils de l'homme doit beaucoup souffrir, être rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, être tué et, après trois jours, ressusciter";

et c'est ouvertement qu'il disait ces choses. Pierre, le tirant à lui, se mit à le morigéner.
Mais lui, se retournant et voyant ses disciples, admonesta Pierre et dit : "
Passe derrière moi, Satan ! car tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes !"
(La Bible de Jérusalem)

Il [Jésus] commença en même temps à leur [à ses apôtres] déclarer qu'il fallait que le Fils de l'homme souffrit beaucoup, qu'il fût rejeté par les sénateurs, par les princes des prêtres et par les scribes, qu'il fût mis à mort, et qu'il ressuscitât trois jours après;
Et il en parlait tout ouvertement. Alors Pierre, le tirant à part, commença à le reprendre.
Mais lui, se retournant et regardant ses disciples, reprit rudement Pierre, et lui dit :
Retirez-vous de moi, Satan, parce que vous n'avez point de goût pour les choses de Dieu, mais seulement pour les choses de la terre.
(La Bible traduite par Lemaître de Sacy)

[Première annonce de la Passion - Pierre réprimandé]
Et il [Jésus] se mit à leur [à ses apôtres] enseigner que le Fils de l'homme devait beaucoup souffrir, et être rejeté par les anciens, et les grands prêtres et les scribes, et être tué, et trois jours après ressusciter.
Et c'est ouvertement qu'il disait la chose. Et, le prenant à part, Pierre se mit à le réprimander.
Lui, se retournant et voyant ses disciples, réprimanda Pierre et dit : "
Va-t'en, arrière de moi, Satan ! parce que tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes.
(La Bible traduite par Emile Osty)

Et il [Jésus] commença à leur [à ses apôtres] enseigner qu'il fallait que le Fils de l'homme souffrît beaucoup, qu'il fût rejeté par les anciens, par les grands prêtres et les scribes, qu'il fût mis à mort et qu'il ressuscitât trois jours après.
Et c'est ouvertement qu'il donnait cet enseignement. Pierre, le prenant à part, se mit à le reprendre.
Mais lui, se retournant et voyant ses disciples, reprit Pierre, en disant : "
Va-t'en ! Arrière de moi, Satan ! car tu n'as pas le sens des choses de Dieu, mais (celui) des choses des hommes."
(La Bible traduite par Augustin Crampon)

Alors il [Jésus] commença à leur [à ses apôtres] apprendre qu'il fallait que le Fils de l'homme souffrît beaucoup, qu'il fût rejeté par les anciens, par les principaux sacrificateurs et par les scribes, qu'il fût mis à mort, et qu'il ressuscitât trois jours après.
Il leur disait ces choses ouvertement. Et Pierre, l'ayant pris à part, se mit à le reprendre.
Mais Jésus, se retournant et regardant ses disciples, réprimanda Pierre, et dit :
Arrière de moi,
Satan! car tu ne conçois pas les choses de Dieu, tu n'as que des pensées humaines.

(La Bible protestante traduite par Louis Segond - Edition 1910)

Alors il [Jésus] commença à leur [à ses apôtres] enseigner qu'il fallait que le Fils de l'homme souffre beaucoup, qu'il soit rejeté par les anciens, par les chefs des prêtres et par les spécialistes de la loi, qu'il soit mis à mort et qu'il ressuscite trois jours après.
Il leur disait cela ouvertement. Alors Pierre le prit à part et se mit à le reprendre,
mais Jésus se retourna, regarda ses disciples et réprimanda Pierre en disant : "
Arrière,
Satan, car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes."

(La Bible protestante traduite par Louis Segond - Edition "21")

[Jésus annonce sa passion et sa résurrection]
Puis il [Jésus] commença à leur [à ses apôtres] enseigner
qu'il fallait que le Fils de l'homme souffre beaucoup, qu'il soit rejeté par les anciens, par les grands prêtres et les scribes, qu'il soit mis à mort et que, trois jours après, il ressuscite.
Il tenait ouvertement ce langage. Pierre, le tirant à part, se mit à le réprimander.
Mais lui, se retournant et voyant ses disciples, réprimanda Pierre; il lui dit : "
Retire-toi ! Derrière
moi, Satan, car tes vues ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes."
(La Traduction Oecuménique de la Bible)

Il [Jésus] commença à leur [à ses apôtres] enseigner qu'il fallait que le fils de l'homme doit beaucoup souffrir, être rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, être tué et, trois jours après, ressusciter.
Il disait le mot franchement. Pierre le prit à part et commença à le tancer.
Mais lui se retourna et, voyant ses disciples, il tança Pierre, il dit :
Va-t'en de moi, Satan ! car tu ne tends par vers Dieu mais vers les hommes.
(La Bible de la Bibliothèque de La Pléiade)

mais [Jésus] se mit à leur [à ses apôtres] enseigner qu'il fallait que le Fils de l'homme souffre beaucoup, qu'il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les lettrés, qu'il soit tué et qu'après trois jours il se relève.
Il disait cela tout à fait ouvertement. Pierre le prit à l'écart pour l'en blâmer.
Mais Jésus se retourna et, devant les disciples, blâma Pierre :
Arrière, Adversaire ! Tu n'as pas à l'esprit les choses de Dieu, mais celles des hommes !
(Nouvelle Traduction de La Bible chez Bayard)

And he [Jésus] began to teach them [ses apôtres], that the Son of man must suffer many things, and be rejected of the elders, and of the chief priests, and scribes, and be killed, and after three days rise again.
And he spake that saying openly. And Peter took him, and began to rebuke him.
But when he had turned about and looked on his disciples, he rebuked Peter, saying,
Get thee behind me, Satan: for thou savourest not the things that be of God, but the things that be of men.
(La Bible en anglais, traduction du Roi Jacques)

La Bible / Nouveau Testament / Evangile selon Matthieu / Chapître 16 / Versets 21 à 23

exinde coepit Iesus ostendere discipulis suis quia
oporteret eum ire Hierosolymam et multa pati a senioribus
et scribis et principibus sacerdotum et occidi et tertia die
resurgere
et adsumens eum Petrus coepit increpare illum dicens
absit a te Domine non erit tibi hoc
qui conversus dixit Petro vade post me Satana scandalum
es mihi quia non sapis ea quae Dei sunt sed ea quae
hominum

(La Bible Vulgate en latin)

[Première annonce de la Passion]
A dater de ce jour, Jésus commença de montrer à ses disciples qu'il lui fallait s'en aller à Jérusalem, y souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, être tué et, le troisième jour, ressusciter.
Pierre, le tirant à lui, se mit à le morigéner en disant : "Dieu t'en préserve, Seigneur ! Non, cela ne t'arrivera point !"
Mais lui, se retournant, dit à Pierre : "Passe derrière moi, Satan ! tu me fais obstacle, car tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes !"

(La Bible de Jérusalem)

Dès lors, Jésus commença à découvrir à ses disciples qu'il fallait qu'il allât à Jérusalem ; qu'il y souffrît beaucoup de la part des sénateurs, des scribes et des princes des prêtres ; qu'il y fût mis à mort ; et qu'il ressuscitât le troisième jour.
Et Pierre, le prenant à part, commença à le reprendre, en lui disant : A Dieu ne plaise, Seigneur, cela ne vous arrivera point.
Mais Jésus, se retournant, dit à Pierre : Retirez-vous de moi, Satan, vous m'êtes à scandale, parce que vous n'avez point de goût pour les choses de Dieu, mais pour les choses de la terre.

(La Bible traduite par Lemaître de Sacy)

[Première annonce de la Passion - Pierre réprimandé]
Dès lors, Jésus se mit à montrer à ses disciples qu'il devait s'en aller à Jérusalem, et souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, et être tué, et le troisième jour se relever.
Et, le prenant à part, Pierre se mit à le réprimander, en disant : " A Dieu ne plaise, Seigneur ! non, cela ne t'arrivera pas. "

Mais lui, se retournant, dit à Pierre : " Va-t'en, arrière de moi, Satan ! Tu m'es un scandale, parce que tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. "
(La Bible traduite par Emile Osty)

Jésus commença depuis lors à déclarer à ses disciples qu'il fallait qu'il allât à Jérusalem, qu'il
souffrît beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, qu'il fût mis à mort
et qu'il ressuscitât le troisième jour.
Pierre, le prenant à part se mit à le reprendre, disant : " A Dieu ne plaise, Seigneur ! cela ne vous arrivera pas. "
Mais lui, se tournant, dit à Pierre : " Va-t'en ! Arrière de moi, Satan ! tu m'es scandale; car tu n'as pas le sens des choses de Dieu, mais (celui) des choses des hommes. "

(La Bible traduite par Augustin Crampon)

Dès lors Jésus commença à faire connaître à ses disciples qu'il fallait qu'il allât à Jérusalem,
qu'il souffrît beaucoup de la part des anciens, des principaux sacrificateurs et des scribes,
qu'il fût mis à mort, et qu'il ressuscitât le troisième jour.
Pierre, l'ayant pris à part, se mit à le reprendre, et dit: A Dieu ne plaise, Seigneur! Cela ne
t'arrivera pas.
Mais Jésus, se retournant, dit à Pierre: Arrière de moi, Satan! tu m'es en scandale; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes.

(La Bible protestante traduite par Louis Segond - Edition 1910)

Dès ce moment, Jésus commença à montrer à ses disciples qu'il devait aller à Jérusalem, beaucoup souffrir de la part des anciens, des chefs des prêtres et des spécialistes de la loi, être mis à mort et ressusciter le troisième jour.
Alors Pierre le prit à part et se mit à le reprendre en disant : "Que Dieu t'en garde, Seigneur ! Cela ne t'arrivera pas."
Mais Jésus se retourna et dit à Pierre : "Arrière, Satan, tu es un piège pour moi, car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes."

(La Bible protestante traduite par Louis Segond - Edition "21")

[Jésus annonce sa passion et sa résurrection]
A partir de ce moment, Jésus Christ commença à montrer à ses disciples qu'il lui fallait s'en aller à Jérusalem, souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, être mis à mort et, le troisième jour, ressusciter.
Pierre, le tirant à part, se mit à le réprimander, en disant : "Dieu t'en préserve, Seigneur ! Non, cela ne t'arrivera pas !"
Mais lui, se retournant, dit à Pierre : "Retire-toi ! Derrière moi, Satan ! Te es pour moi occasion de chute, car tes vues ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes."

(La Traduction Oecuménique de la Bible)

Dès lors Jésus Christ commença à montrer à ses disciples qu'il lui fallait s'en aller à Jérusalem, souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, être tué et le troisième jour se relever.
Pierre le prit à part et commença à le tancer en disant : Heureusement pour toi, seigneur, ce ne sera pas pour toi !
Mais lui se retourna et dit à Pierre : Va-t'en de moi, Satan ! tu m'es un scandale, car tu ne tends par vers Dieu mais vers les hommes.

(La Bible de la Bibliothèque de La Pléiade)

Dès lors, il voulut préparer ses disciples : il devait aller à Jérusalem. Là-bas, ses souffrances seraient grandes. Elles lui seraient infligées par les anciens, les grands prêtres et les scribes. Il serait mis à mort. Il serait réveillé le troisième jour.
Pierre l'entraina à l'écart pour protester : Grâce à Dieu, maître, cela ne se passera pas ainsi.
Mais il le repoussa : Eloigne-toi de moi, Adversaire ! Tu veux me faire trébucher. La vision que tu défends n'est pas celle de Dieu mais des hommes.

(Nouvelle Traduction de La Bible chez Bayard)

From that time forth began Jesus to shew unto his disciples, how that he must go unto Jerusalem, and suffer many things of the elders and chief priests and scribes, and be killed, and be raised again the third day.
Then Peter took him, and began to rebuke him, saying, Be it far from thee, Lord: this shall not be unto thee.
But he turned, and said unto Peter, Get thee behind me, Satan : thou art an offence unto me : for thou savourest not the things that be of God, but those that be of men.

(La Bible en anglais, traduction du Roi Jacques)

La Bible / Nouveau Testament / Evangile selon Matthieu / Chapître 4 / Versets 8 à 10

iterum adsumit eum diabolus in montem excelsum valde et ostendit ei omnia regna mundi et gloriam eorum
et dixit illi haec tibi omnia dabo si cadens adoraveris me
tunc dicit ei Iesus vade Satanas scriptum est Dominum Deum tuum adorabis et illi soli servies

(La Bible Vulgate en latin)

De nouveau le diable le prend avec lui sur une très haute montagne, lui montre tous les royaumes du monde avec leur gloire
et lui dit : "Tout cela, je te le donnerai, si, te prosternant, tu me rends hommage."
Alors Jésus lui dit : "Retire-toi, Satan ! Car il est écrit : C'est le Seigneur ton Dieu que tu adoreras, et à Lui seul tu rendras un culte."

(La Bible de Jérusalem)

Le diable le transporta encore sur une montagne fort haute, et lui montrant tous les royaumes du monde et toute la gloire qui les accompagne,
Il lui dit : Je vous donnerai toutes ces choses, si en vous prosternant devant moi vous m'adorez.
Mais Jésus lui répondit : Retire-toi, Satan ; car il est écrit : Vous adorerez le Seigneur votre Dieu, et vous ne servirez que lui seul.

(La Bible traduite par Lemaître de Sacy)

De nouveau le diable le prend avec lui dans une montagne très élevée et lui montre tous les royaumes du monde et leur gloire, et il lui dit :
"Tout cela, je te le donnerai, si tu tombes, prosterné, devant moi."
Alors Jésus lui dit : "Va-t'en, Satan, car il est écrit : C'est le Seigneur ton Dieu que tu adoreras, et à lui seul tu rendras un culte."

(La Bible traduite par Emile Osty)

Le diable, de nouveau, l'emmena sur une montagne très élevée, et lui montrant tous les royaumes du monde, avec leur gloire,
il lui dit : " Je vous donnerai tout cela, si, tombant à mes pieds, vous vous prosternez devant moi.
Alors Jésus lui dit : " Retire-toi, Satan; car il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu ne serviras que lui seul. "

(La Bible traduite par Augustin Crampon)

Le diable le transporta encore sur une montagne très élevée, lui montra tous les royaumes du monde et leur gloire,
et lui dit: Je te donnerai toutes ces choses, si tu te prosternes et m'adores.
Jésus lui dit: Retire-toi, Satan! Car il est écrit: Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul.

(La Bible protestante traduite par Louis Segond - Edition 1910)

Le diable le transporta encore sur une montagne très élevée, lui montra tous les royaumes du monde et leur gloire
et lui dit : "Je te donnerai tout cela, si tu te prosternes pour m'adorer."
Jésus lui dit alors : "Retire-toi, Satan ! En effet, il est écrit : C'est le Seigneur, ton Dieu, que tu adoreras et c'est lui seul que tu serviras."

(La Bible protestante traduite par Louis Segond - Edition "21")

Le diable l'emmène encore sur une très haute montagne ; il lui montre tous les royaumes du monde avec leur gloire
et lui dit : "Tout cela je te le donnerai, si tu te prosternes et m'adores."
Alors Jésus lui dit : "Retire-toi, Satan ! Car il est écrit : Le Seigneur ton Dieu tu adoreras et c'est à lui seul que tu rendras un culte."

(La Traduction Oecuménique de la Bible)

Le diable l'emmène encore sur une montagne fort haute, lui montre tous les règnes du monde et leur gloire
et lui dit : Je te donnerai tout cela si tu tombes prosterné devant moi.
Alors Jésus lui dit : Va-t'en, Satan, car il est écrit : Tu te prosterneras devant le Seigneur ton Dieu et le serviras lui seul.

(La Bible de la Bibliothèque de La Pléiade)

Le Rival l'entraine ensuite au sommet d'une imposante montagne. Il lui montre les royaumes de l''univers et leurs splendeurs déployées.
Et il le presse : Tout cela, je te le donne si tu acceptes de te prosterner devant moi.
Mais Jésus : Va-t'en, Adversaire ! Car il est écrit : "Tu ne te prosterneras que devant le Seigneur ton Dieu. Ton maître, c'est lui, et lui seul."

(Nouvelle Traduction de La Bible chez Bayard)

Again, the devil taketh him up into an exceeding high mountain, and sheweth him all the kingdoms of the world, and the glory of them;
And saith unto him, All these things will I give thee, if thou wilt fall down and worship me.
Then saith Jesus unto him, Get thee hence, Satan: for it is written, Thou shalt worship the Lord thy God, and him only shalt thou serve.

(La Bible en anglais, traduction du Roi Jacques)

La Bible / Nouveau Testament / Evangile selon Luc / Chapître 4 / Versets 5 à 8

et duxit illum diabolus et ostendit illi omnia regna orbis terrae in momento temporis
et ait ei tibi dabo potestatem hanc universam et gloriam illorum quia mihi tradita sunt et cui volo do illa
tu ergo si adoraveris coram me erunt tua omnia
et respondens Iesus dixit illi scriptum est Dominum Deum tuum adorabis et illi soli servies

(La Bible Vulgate en latin)

L'emmenant [Jésus] plus haut, le diable lui montra en un instant tous les royaumes de l'univers
et lui dit : "Je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de ces royaumes, car elle m'a été livrée, et je la donne à qui je veux.
Toi donc, si tu te prosternes devant moi, elle t'appartiendra toute entière."
Et Jésus lui dit : "Il est écrit : Tu adoreras le Seigneur ton Dieu, et à lui seul tu rendras un culte."

(La Bible de Jérusalem)

Et le diable le [Jésus] transporta sur une haute montagne, d'où lui ayant fait voir, en un moment, tous les royaumes du monde,
Il lui dit : Je vous donnerai toute cette puissance et la gloire de ces royaumes car elle m'a été donnée, et je la donne à qui il me plaît.
Si donc vous voulez m'adorer, toutes ces choses seront à vous.
Jésus lui répondit : Il est écrit : Vous adorerez le Seigneur votre Dieu, et vous ne servirez que lui seul.

(La Bible traduite par Lemaître de Sacy)

Et, l'emmenant [Jésus] plus haut, il [le diable] lui montra en un instant tous les royaumes du monde,
et le diable lui dit : "Je te donnerai, à toi, tout ce pouvoir, et la gloire de ces [royaumes], parce qu'elle m'a été livrée, et je la donne à qui je veux.
Toi donc, si tu te prosternes devant moi, elle sera toute à toi."
Et, répondant, Jésus lui dit : "Il est écrit : Tu adoreras le Seigneur ton Dieu, et à lui seul tu rendras un culte."

(La Bible traduite par Emile Osty)

Et l'ayant [Jésus] élevé, il [le diable] lui montra en un instant tous les royaumes de la terre,
et le diable lui dit : " Je vous donnerai toute cette puissance avec leur gloire, car elle m'a été remise et je la donne à qui je veux.
Si donc vous vous prosternez devant moi, elle sera toute à vous. "
Jésus répondant lui dit : " Il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu ne serviras que lui seul. "

(La Bible traduite par Augustin Crampon)

Le diable, l'ayant [Jésus] élevé, lui montra en un instant tous les royaumes de la terre,
et lui dit: Je te donnerai toute cette puissance, et la gloire de ces royaumes; car elle m'a été donnée, et je la donne à qui je veux.
Si donc tu te prosternes devant moi, elle sera toute à toi.
Jésus lui répondit: Il est écrit: Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul.

(La Bible protestante traduite par Louis Segond - Edition 1910)

Le diable l'emmena [Jésus] plus haut, [sur une haute montagne,] et lui montra en un instant tous les royaumes de la terre.
Puis il lui dit : "Je te donnerai toute cette puissance et la gloire de ces royaumes, car elle m'a été donnée et je la donne à qui je veux.
Si donc tu te prosternes devant moi, elle sera toute à toi."
Jésus lui répondit : "[Retire-toi, Satan ! En effet,] il est écrit : C'est le Seigneur, ton Dieu, que tu adoreras et c'est lui seul que tu serviras."

(La Bible protestante traduite par Louis Segond - Edition "21")

Le diable le [Jésus] conduisit plus haut, lui fit voir en un instant tous les royaumes de la terre
et lui dit : "Je te donnerai tout ce pouvoir avec la gloire de ces royaumes, parce que c'est à moi qu'il a été remis et que je le donne à qui je veux.
Toi donc, si tu m'adores, tu l'auras tout entier."
Jésus lui répondit : "Il est écrit : Tu adoreras le Seigneur ton Dieu, et c'est à lui seul que tu rendras un culte."

(La Traduction Oecuménique de la Bible)

Le diable l'emmena [Jésus], lui montra en un instant tous les règnes du monde
et lui dit : Je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de ces règnes, car elle m'a été livrée et je la donne à qui je veux ;
si donc tu te prosternes devant moi, elle sera toute à toi.
Et Jésus lui répondit : Il est écrit : Tu te prosterneras devant le Seigneur ton Dieu et le serviras lui seul.

(La Bible de la Bibliothèque de La Pléiade)

Il [le Provocateur] le [Jésus] conduit vers les sommets ; le Provocateur lui fait voir en un instant la totalité des royaumes habités
et lui dit : je peux te donner tout le pouvoir et la gloire de ces royaumes, ils m'ont été livrés et je les donne à qui bon me semble.
Ils seront à toi, entièrement, si tu te prosternes devant moi.
Jésus répond qu'il est écrit : "Tu adoreras le Seigneur ton Dieu et à lui seul tu rendras un culte."

(Nouvelle Traduction de La Bible chez Bayard)

And the devil, taking him [Jésus] up into an high mountain, shewed unto him all the kingdoms of the world in a moment of time.
And the devil said unto him, All this power will I give thee, and the glory of them: for that is delivered unto me; and to whomsoever I will I give it.
If thou therefore wilt worship me, all shall be thine.
And Jesus answered and said unto him, Get thee behind me, Satan: for it is written, Thou shalt worship the Lord thy God, and him only shalt thou serve.

(La Bible en anglais, traduction du Roi Jacques)


aliotto-Ce-texte-sert-à-contourner-un-problème-


Repère :

Premier Jour / Sexte (page 56)

Traduction :

L'expression en français pour traduire paliotto est devant d'autel.
On comprend pourquoi le traducteur a préféré ne pas traduire le mot italien ! Le mot anglais frontal qui correspond (et qui est utilisé dans la traduction du roman en anglais) est encore préférable il me semble...

Notes :

Il arrive que le "devant des autels" soit décoré de façon somptueuse, en particulier s'il s'agit -comme dans le récit- du "maître-autel" (l'autel principal d'une église, celui le plus exposé aux regards puisque placé dans l'axe de la nef).

Voici par exemple à quoi pourrait ressembler le paliotto dont il est question ici (celui-ci date du IXème siècle):

 

paliotto

Le paliotto de la basilique de St-Ambroise, à Milan

A noter que j'ai volontairement basculé en noir et blanc le reste de la photo, afin de mieux mettre en évidence le paliotto lui-même (cliquez sur la photo pour voir l'original en couleurs).